« Jeune aidant proche », en moyenne 3 élèves par classe concernés

Saviez-vous que, selon une étude menée récemment par l’asbl « Jeunes aidants proches« , en moyenne 3 jeunes par classe de secondaire en Belgique seraient des « jeunes aidants » ? Si ce chiffre ne vous impressionne pas, c’est peut-être que vous ne savez pas ce qu’est un jeune aidant. C’est une personne de moins de 25 ans qui est en charge ou du moins s’occupe d’une personne gravement malade, handicapée ou dépendante, généralement l’un de ses parents, un frère ou une sœur. Or cette situation peut générer beaucoup de stress et de fatigue et demander beaucoup de temps. Et il en va de même pour les adultes en charge d’un proche, souvent leur enfant, nécessitant beaucoup de soins. En plus du stress et de la fatigue, plus d’un se retrouve isolé et peut garder pour uniques contacts ceux touchant aux soins du proche dépendant. En effet, il n’est pas toujours facile d’être catégorisé « frère d’un handicapé » ou « parents d’un enfant malade », ce qui peut pousser nos amis/camarades qui sont dans cette situation à éviter d’en parler.

Loin de vous encourager à recenser les « aidants » dans votre entourage pour vérifier si ces chiffres sont exacts, je vous propose plutôt une solution pour les aider à vivre dans cette situation. Que vous soyez vous-même aidant ou pas, je trouve intéressant de vous parler de l’asbl « Casa Clara ». Qu’est-ce que c’est ? Une maison où peuvent se rendre les proches en charge d’un enfant nécessitant beaucoup de soins : soit entre adultes lors de « journées parents », soit entre frères et sœurs de l’enfant lors de « journées fratrie » voire avec l’enfant lui-même lors de « journées famille ». L’intérêt ? Se détendre et se relaxer via du repos, de la relaxation, du yoga, des massages, un sauna etc. mais aussi s’amuser avec les enfants ou encore faire d’agréables rencontres. La Casa Clara n’est donc pas un lieu de médecine mais plutôt de bien-être, destiné non pas à l’enfant mais à ceux qui l’entourent. Malheureusement, de nombreuses personnes dans cette situation ne connaissent pas Casa Clara. Comme le dit Fanny (la coordinatrice et fondatrice de l’asbl), ils n’ont pas d’homologue en Belgique. Fanny a elle-même été dans cette situation, a vécu la fatigue et le stress. Elle avait besoin de repos mais n’a pas trouvé de lieu approprié, elle en a donc créé un pour que les autres puissent en profiter.

Si cela vous touche, je vous invite à en parler autour de vous, même à ceux qui ne connaissent pas cette situation pour que le plus de gens puissent en profiter s’ils en ont besoin. Pour obtenir des informations plus pratiques, je vous renvoie sur le site de Casa Clara: http://casaclara.be/fr/accueil/

Anaïs Larue

Rédiger un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *