Des boucles d’oreilles pour les garçons, pourquoi les interdire ?

Nouvel article dans la rubrique eXXprIIIme-toi !
Le règlement du collège stipule clairement que les boucles d’oreilles pour les garçons sont interdites dans l’enceinte de l’école. Depuis le début de l’année, ce sujet épineux a provoqué des débats dans plusieurs classes. Je vais donc mettre la situation en perspective et voir ce qui fait défaut.

Tous les élèves ne sont pas du même avis.

Selon un petit sondage rapide, un élève sur dix est contre le port des boucles d’oreilles pour les mecs. Selon eux, cela pourrait projeter une mauvaise image de « racaille » et aussi déstabiliser les cours en classe.

À l’inverse d’autres pensent qu’une interdiction pour les garçons c’est du sexisme, que c’est ranger les filles dans une case et les garçons dans une autre. L’autorisation pourrait aider les garçons à se sentir mieux en n’étant pas réprimandés juste pour un choix esthétique qui est pourtant accepté chez les filles. Elle pourrait aussi faire évoluer certaines mentalités, ouvrir à plus de tolérance.

Pour faire un pied-de-nez à cette règle, les rhétos ont porté des boucles d’oreilles, tour à tour, à l’oreille gauche pour les filles et le lendemain, à l’oreille droite pour les garçons. D’autres parlent de porter encore des boucles d’oreilles mais sans exagération.

Lors d’une brève conversation, M. Watté, le sous-directeur, m’a dit que les boucles d’oreilles sont interdites pour les garçons car l’établissement veut éviter tout signe d’excentricité. Le but n’est donc pas d’éviter des moqueries ou autres problèmes du genre. Tout élève garde le droit d’exprimer ses choix une fois sorti du collège. C’est donc essentiellement pour cause de neutralité et ainsi éviter tout débordement.

Le verdict de tout cela est que d’un côté, les arguments donnés sont plutôt culturels, touchant intérieurement la personne concernée alors que de l’autre on parle plutôt du bien de l’école et d’une communauté sobre.

Ce sont deux visions qui se valent pour faire avancer finalement le bien être des élèves au collège. Le débat reste ouvert.

Naïm El Hamidine

2 commentaires

  1. anne caudron

    Points de vue intéressants. Mais quelle stigmatisation! « Racaille », « excentricité », « risques de débordement » dès qu’un garçon porte une boucle d’oreille, c’est un peu excessif à mon humble avis. Toutefois, je respecte la décision de l’établissement et je félicite les rhétos de s’être exprimés avec humour et « sans débordement ».

Rédiger un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *