L’altruisme un concept démodé ?

1422273461altruisme

À débattre…

Aujourd’hui pour être réaliste, il faut se représenter le monde de manière moribonde et celui qui ose seulement croire en la bonté de chacun se voit accusé d’être un pauvre naïf refusant de voir la vérité en face. Lorsqu’on rejette l’idée que le monde est potentiellement dangereux, on perd sa crédibilité MAIS être méfiant et pragmatique est une grande qualité. Pour être réaliste, il est bon de croire que toute idée fondée sur la générosité sans contrepartie est illusoire et vouée à l’échec.

Le schéma médiatique actuel nous fait croire que l’autre est dangereux pour nous. On se méfie de tout et de tout le monde, les médias amplifient la crainte envers les autres nous faisant croire que la criminalité et la violence sont en hausse alors que les statistiques prouvent le contraire. Nous sommes donc persuadés que la société va de pire en pire et nous devenons pessimistes.

Nous nous renfermons sur nous-mêmes, nous nous méfions des autres et supprimons les chances de se rapprocher.

Enfin, nous sommes hyper compétitifs. Il faut être le meilleur, quitte à écraser les autres pour évoluer. Nous nous comparons sans cesse aux autres pensant que l’autre a plus, jalousant sur lui. On finit par perdre les atouts de chacun.

Les solutions ?

Individuellement, on peut méditer sur les autres, tirer le bon de chaque personne. Penser aux autres, faire confiance aux gens qui nous entourent. Aider les personnes qui ont des difficultés comme une vielle personne qui ne sait pas porter ses courses, un copain qui ne s’en sort pas en math…

Au niveau politique, il serait préférable de recentrer les lois sur le bien public et non sur un petit groupe de personnes. Préférer l’aide à une population en difficulté à un investissement en bourse par exemple.

En bref, favoriser l’humain, s’ouvrir aux autres.

Fleurine Dieu – 5T1

Rédiger un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *